Menu

Pour quoi l’auto-entrepreneur en Tunisie?

Le contexte de l’auto-entrepreneur en Tunisie est en lien avec les aspects suivants : http://v2.iace.tn/wp-content/uploads/2018/02/NBA_statut_autoentrepreneur.pdf

1- Forte croissance du marché informel en raison du chômage et de la baisse des investissements publics et privés dans les zones frontalières.

2- Forte croissance du chômage auprès des jeunes notamment : 650.000 chômeurs dont 250 000 chômeurs diplômés de l’enseignement supérieur. PROPOSITION DUNE NOUVELLE RÉGLEMENTATION LA LOI DU STATUT DE L’AUTOENTREPRENEUR NOTE ARGUMENTAIRE ET PRÉSENTATION DU PROJET DE LOI .

3- Faible taux de création d’entreprise dû notamment aux barrières administratives et contraintes imposées par l’Etat sur le plan fiscal, cotisation sociales, tenue de comptabilité etc. La petite entreprise, qui souvent n’a pas les moyens d’y faire face, finit par abandonner l’activité ou se convertir dans le travail au noir pour venir grossier le rang du secteur informel. Ce qui engendre une perte de la valeur ajoutée.

4- Nécessité de bénéficier du savoir-faire des personnes qui sont actuellement salariés mais qui peuvent développer une petite entreprise capable de pérenniser leur activité et la transmettre à la nouvelle génération. Encourager l’intégration professionnelle des jeunes diplômés.

5- Dans son rapport intitulé la révolution inachevée la banque mondiale en 2014 a mis en exergue la non concurrence de l’économie tunisienne car soumise sous l’emprise de plusieurs lobbies. L’autoentrepreneur est un mécanisme capable de créer des graines de futures entreprises qui auront des tailles plus importantes, pouvant créer à terme à plus d’équilibre dans la concurrence en Tunisie.

6- Opter pour une politique inclusive capable de tirer vers le haut l’économie du pays tout en préservant l’équilibre social. Offrir aux catégories sociales vulnérables l’opportunité de créer des entreprises et d’intégrer le monde des affaires avec une dimension réduite mais capable de se développer dans le futur.

7- Les secteurs concernés sont souvent en lien avec des métiers d’artisans (bâtiments, pâtisseries, plomberie, etc.) ou aussi des domaines encore nouveau telle que les plateformes collaboratives 1 et activités y afférentes qui permettent d’avoir une activité sur la toile électronique mais qui ne génère pas des revenus permanents ce qui peut convenir à des entrepreneurs novices ou des salariés qui désirent avoir d’autres sources de revenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *